Imprimer

Interventions de l’atelier 3 : l’ingénierie financière et efficience

2009-06-15 09:08:50

Enjeux de l’atelier 3 « ingénierie financière et efficience »

Le paysage des flux nord-sud de financement du développement a considérablement changé. La cohabitation relativement étanche qui prévalait entre d’une part les financements privés et de marché (investissements, prêts commerciaux et instruments de marché) et d’autre part l’aide publique au développement (fondée sur des subventions et des prêts concessionnels aux gouvernements) est de moins en moins d’actualité. Les interactions entre flux de nature privée et flux de nature publique sont de plus en plus fortes. Les bailleurs de fonds traditionnels mobilisent de plus en plus des mécanismes de marché.

L’innovation a porté sur des dimensions institutionnelles (nouvelles structures d’intermédiation, dotées de modes de gouvernance innovants) et sur l’ingénierie financière. Ces deux dimensions ont été appliquées tant à la mobilisation de ressources additionnelles qu’aux modes d’utilisation des ressources, qu’elles soient traditionnelles ou « innovantes ».

Synthèse de l’atelier 3 « ingénierie financière et efficience »

L’atelier a évoqué, autour de cas concrets et avec des experts de divers horizons (Banque mondiale, PAM, AFD, Center for Global Development, ministère de la santé d’Argentine), les réponses que peut apporter l’ingénierie financière à deux ensembles spécifiques d’objectifs : (i) la gestion de la vulnérabilité et des risques – un sujet critique, en particulier dans le contexte présent et (ii) la contribution de l’ingénierie financière aux mécanismes d’incitation aux résultats.

L’atelier a donné lieu à des échanges riches et a permis une réflexion prospective complémentaire aux tables-ronde de la veille.

La table ronde sur les risques a évoqué en particulier des expériences de gestion du risque climatique en agriculture (mécanismes assurantiels, produits dérivés climat) et le prêt contracyclique de l’AFD, qui permet de tamponner les chocs que peuvent subir les finances publiques du fait de paramètres économique externes. Les mécanismes évoqués rendent possible pour les pays en développement une meilleure gestion de ces risques.

La table ronde sur les systèmes d’incitation a permis la présentation d’initiatives prometteuses pour favoriser les incitations des acteurs (expérience argentine de financement des systèmes de santé et proposition de mécanisme de financement « Cash on Delivery »).

Dans sa restitution des travaux des deux tables rondes, le président de séance, M. Essimi Menye, Ministre des Finances du Cameroun, a insisté sur les points suivants :

La crise financière a changé le regard du monde sur l’ingénierie financière innovante, qui a connu des excès. Les exemples évoqués dans le cadre de cet atelier ont montré que, mobilisée de manière raisonnée, l’ingénierie financière peut contribuer de manière significative à améliorer l’efficience des financements du développement.

Interventions de l’atelier 3

PDF - 12.7 ko
Introduction à l’atelier 3 (FR/ENG)

Table ronde n°1 : Instruments d’atténuation des risques

PDF - 1013.5 ko
Integrated Risk Management Strategies - Example of Malawi Food Security Strategy (E. Gratcheva, WB, en ANGLAIS)
PDF - 291 ko
Financer le risque météorologique dans l’agriculture pour une meilleure réponse aux catastrophes naturelles (U. Heiss, PAM)
PDF - 164.2 ko
Prêts contracycliques (C. Valadier, AFD)

Table ronde n°2 : Instruments financiers et systèmes d’incitation

PDF - 1.4 Mo
Plan NACER (Provincial Maternal - Child Health Investment Project) (M. Sabignoso & H. Silva, Argentine, en ANGLAIS)
PDF - 155 ko
Cash on Delivery Aid (D. Bermingham, CfGD)
--
Leading Group on Innovative Financing for Development
http://www.leadinggroup.org